CRI DE COLÈRE D’UN FOULARD ROUGE ADRESSÉ AUX GILETS JAUNES

Depuis le 27 janvier, voici le genre de phrases qui circulent et se répandent de plus en plus sur le net :« Les Foulards Rouges sont des fils à papa. Ce sont des nantis ; ils ont plein de fric ! Ils veulent garder leurs privilèges. ».

Ce type de discours est exactement le même que celui des antisémites des années 30. Seule la cible change : les prétendus « fils à papa » !

En ce qui me concerne, mon père, né en 1940 et mort à 60 ans quelques mois après son départ à la retraite, a commencé à travailler à 14 ans, juste après son certificat d’études. Il a débuté comme manœuvre avant de devenir dessinateur industriel pour finir « cadre maison » dans une industrie de sidérurgie. Ses derniers salaires (à l’époque en francs) étaient bien moindre (même en valeur constante) que ceux de plusieurs gilets jaunes notoires . Ma mère née en 1941 et toujours vivante, a commencé à travailler elle aussi à 14 ans tout en continuant des études pour devenir institutrice à 18 ans.
Moi-même, je suis enseignant (équivalent bac +5) et après 17 ans et demi de carrière, je gagne 1815 € net d’impôts sur le revenu (vive le prélèvement à la source). Depuis mes 17 ans et jusqu’à ce que j’obtienne mes diplômes, j’ai travaillé chaque été et pendant certaines vacances scolaires en supermarché et dans les vignes, entre autres. Ma femme, enseignante également, a eu à peu près le même parcours que moi, à ceci près, qu’elle est issue d’une famille avec encore moins de ressources que la mienne et était par conséquent boursière.

Il me semble que, si les gilets jaunes se permettent de dire de moi que je suis « un fils à papa, un nanti qui ne cherche qu’à garder ses privilèges », je pourrais tout autant dire d’eux, dans le même élan de bêtise, qu’ « ils sont tous des feignasses incultes et haineuses, parasites de ceux qui ont fait des efforts dans leur jeunesse, et qui en ont font encore, pour pouvoir leur payer la ribambelle d’aides qu’ils touchent chaque mois ».

Avec ce genre de propos venimeux tenus par bon nombre de Gilets Jaunes, ajouté à leur refus de prendre les mains tendues et au maintien jusqu’au-boutiste des manifestations chaque samedi, qui se terminent systématiquement en violences, qui ruinent notre pays et dont les premières victimes sont dés maintenant les personnes les plus fragiles économiquement, les Gilets Jaunes n’obtiendront qu’une seule réponse : même les personnes les plus modérées et d’accord sur le fond avec certaines de leurs revendications finiront (et je suis tellement excédé que je n’en suis pas très loin) par appeler à ce que l’armée règle le problème une fois pour toute !

Je pense qu’il faut vraiment être complètement idiot(e), pour ne pas avoir compris, depuis deux mois que nous le crions à tue-tête, que les Foulards Rouges, ne s’opposent pas à l’amélioration des conditions de vie et de travail de tous.
Nous hurlons simplement que, tant que les Gilets Jaunes s’obstineront à refuser le dialogue et le débat démocratique, tant qu’ils prétendront obtenir ce qu’ils veulent sans aucune négociation, par l’action violente et dictatoriale, la seule chose qu’obtiendront ces petits nazillons sera une fin de non-recevoir.

Moi-même, qui milite depuis toujours pour une meilleure répartition des richesses, pour la diminution drastique des inégalités sociales et la fin des « travailleurs pauvres », je préférerais maintenant que la situation ne s’améliore pas, quitte à ce que j’en pâtisse moi-même, plutôt que de voir leurs idées populistes et fascisantes avoir une quelconque influence sur la vie politique et démocratique de mon pays.
Ce que j’étais prêt à leur donner volontairement et avec plaisir hier, puisqu’ils entendent me le prendre par la force, je serais prêt à me battre armes à la main pour ne pas leur en céder la moitié aujourd’hui !

Comme aiment me le rappeler certains sur les réseaux sociaux, mes longs discours ne changeront sûrement pas la face du monde.
Mais s’il y a une once d’intelligence chez certains Gilets Jaunes, je pense qu’ils comprendront qu’une sourde colère monte chez les autres Français et qu’il est plus que temps d’arrêter leurs actions destructrices !
Quand nous aussi nous serons à bout de patience, le retour de bâton ne fera pas dans le détail et même les plus modérés et pacifiques d’entre nous ne leur feront probablement pas de cadeau !

Pas plus qu’ils n’ont le monopole de faire partie du peuple, les Gilets Jaunes n’ont le monopole d’être en colère !

Laisser un commentaire

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.