Les GJ ne représentent pas le peuple mais contribuent à une violence débridée et portée par un effet de masse

Il y a quelques semaines, je me suis fait violemment insulter par des GJ. On m’a traité d' »enc*lé fasciste » et lancé des plots de chantier devant ma voiture, moi, petit-fils de républicain espagnol, traité de « fasciste », alors que je demandais (sans arborer de gilet jaune à l’avant de ma voiture) à passer un barrage de GJ qui bloquaient sauvagement l’accès au périphérique de Caen. Trop de haine dans ce mouvement, trop de débordements, de saccages, d’incivilités, de violence, de discours réducteurs et simplificateurs, d’impunité sur les réseaux sociaux, de récupération politique odieuse. A Bordeaux, tout le cours de la Marne a été vandalisé : tags sur des bâtiments en pierre datant du 19e s., distributeurs de billets défoncés, vitrines vandalisées. A Rennes, de nombreuses vitrines de banques, de la Poste à République, de magasins ont été barricadées avec des panneaux en bois. Les GJ n’acceptent pas la critique de leur mouvement, ceux qui pensent différemment d’eux et condamnent leurs procédés sont des « enc*lés fascistes », comme moi visiblement. Nos forces de l’ordre ne devraient pas être mobilisées pour sécuriser les biens menacés et les personnes hostiles aux GJ, ils ont autre chose à faire que de juguler une foule grégaire et décérébrée qui ne se rend pas compte de la chance qu’elle a de vivre en France même si beaucoup de choses sont perfectibles. En attendant, beaucoup de Français, la majorité silencieuse (même si j’ai un peu de mal à appréhender ce concept…), sont en profond désaccord avec la persistance de ce mouvement hétéroclite, récupéré politiquement, partisan de méthodes violentes et non-démocratiques : insulter et menacer ceux qui s’y opposent, bloquer les déplacements professionnels menaçant ainsi de nombreuses entreprises, incendier et détruire des péages que les contribuables devront repayer (les GJ auteurs de ces dégradations devraient être les seuls à rembourser), défoncer une porte d’un ministère, boxer et tabasser un policier à terre puis récolter une cagnotte pour soutenir le boxeur, appeler à la haine anti-forces de l’ordre, anti-riches, anti-critiques du mouvement tout en étant bien confortablement installé derrière son écran d’ordinateur, propager des fake news et autres informations manipulées. Il faut que tout cela cesse, manifester est un droit, mais celui de se déplacer, de prendre sa voiture pour transporter son enfant, de refuser de porter un gilet jaune pour faire valoir ses idées, d’aller travailler, de se sentir en sécurité, de vivre dans une ville qui ne ressemble pas à un ghetto tagué, dégradé et barricadé à chaque manifestation sont des droits également auxquels beaucoup de Français sont attachés et dont ils demandent le respect. Les GJ ont été trop médiatisés, ceux qui ne cautionnent pas le mouvement et/ou ses procédés ne peuvent pas s’exprimer. La réponse à ce mouvement n’est pas que financière et économique, elle est aussi culturelle. Le niveau socio-culturel est très faible chez de nombreux GJ à un point qu’il est impossible de discuter rationnellement avec eux, d’où mon interrogation sur la pertinence d’un grand débat avec ces gens-là. Par exemple, en décembre, à la sortie de Saint-Malo, des GJ bloquaient un péage et distribuaient des tracts accusant le Parlement européen d’être à l’origine de tous les maux en Europe. Grave erreur d’interprétation – même si l’UE est un bouc-émissaire facile -, le Parlement européen est l’institution de l’UE qui a le moins de pouvoir… Comment peut-on débattre si des connaissances essentielles manquent ? Beaucoup de Français rencontrent des difficultés mais ce n’est pas en bloquant le pays, dégradant son image, propageant un discours anti-élites, anti-intellectuels et anti-médias que l’on fera avancer les choses. La seule chose que les GJ vont réussir à obtenir c’est une détestation toujours plus forte de leur mouvement et une polarisation sociale toujours plus grande. Si vous voulez que les choses changent, cultivez-vous, exercez votre esprit critique, apprenez comment fonctionne notre monde, allez voter mais n’encouragez pas d’une façon ou d’une autre la haine à l’encontre de vos concitoyens qui ne pensent pas comme vous tout en portant atteinte aux libertés d’autrui. De plus, peu mentionnent que le président actuel, que l’on soit en accord ou en désaccord avec lui, a été élu démocratiquement pour 5 ans. Appeler à sa démission, au renversement violent de son gouvernement est une atteinte aux suffrages de la majorité des Français ayant voté pour lui. Les GJ n’ont aucune légitimité pour ordonner au président de démissionner. Qu’ils exercent leur droit de vote et qu’ils manifestent leur mécontentement sans bloquer leurs concitoyens qui ne partagent pas leurs idées. Si les GJ ne sont pas capables d’entendre cela, la fermeté du gouvernement, des forces de l’ordre et de la justice est la seule solution envisageable.

Laisser un commentaire

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.