Otage des gilets jaunes

  1. Le premier décembre, obligée de fermer les portes du magasin, d’éteindre les lumières et de se planquer derrières les gondoles pour éviter toute incitation à la violence. Tous les magasins ont du faire de meme car beaucoup de violence et de casseurs. ( j’ai des photos). Les crs étaient en confrontation avec les gilets jaune sur la zone commerciale, nous forçant à rester confiner en magasin. Une de mes vendeuse à paniquée et c’est mise à pleurer. La même devait passer en contrat 35h en janvier, la perte de CA depuis le 17 novembre à réduit à néant son attente de 2 ans en contrat 24h. Perte de prime pour moi et toute l’équipe sur deux mois. Chaque samedi, je vais au magasin la boule au ventre et mon homme m a récupérer plusieurs soir en larme à cause de la pression psychologique que cela nous fait subir. J’ai perdu ma sensation de liberté, liberté de travailler, liberté de penser et liberté de m’exprimer. Certains jours, je perd également ma liberté de circuler. Je suis otage des gilets jaunes.

Laisser un commentaire

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.